Petit écart de sujet sur le blog aujourd’hui car j’aimerais vous parler de développement personnel au travail.

C’est entre 2016 et 2017, lorsque j’ai commencé à découvrir le développement personnel au travers de livres et de vidéos, que ma vie a commencé à changer, pour le mieux ! Et ma vie au travail en a aussi été impactée.

Qu’on le veuille ou non, le travail fait partie intégrante de notre vie et implique bien souvent le contact avec d’autres personnes : des clients, des collègues, des partenaires, etc. En revanche, si dans la vie on a le pouvoir de choisir les gens qui nous entourent, au travail, c’est une autre histoire. Il est fort possible que dans le cadre de ton travail, tu te retrouves dans un environnement qui ne corresponde pas toujours à tes valeurs et que tu aies à traiter avec des personnes plus ou moins compatibles avec ta personnalité (qui n’est jamais passé par là ?)

Avec le développement personnel, je me suis découverte une nouvelle passion. J’ai commencé à apprendre à me connaître (on peut apprendre des choses fascinantes sur soi tous les jours), à me comprendre mais aussi à mieux comprendre les autres et le monde qui m’entoure. De nombreux exercices m’ont permis (et me permettent encore) de développer une certaine conscience de moi même et de me faire travailler sur les domaines de vie de mon choix.

Naturellement, je me suis rendue compte que cette nouvelle vision de moi même et du monde qui m’entoure avait aussi impactée mon comportement au travail. Il m’arrive donc régulièrement d’utiliser des exercices de développement personnel pour mieux vivre les situations compliquées de ma vie de salariée.

Je suis très enthousiaste à l’idée de te partager cet article aujourd’hui car je suis convaincue que ça peut vraiment aider tous ceux qui souhaitent améliorer leur relation avec eux même, avec les autres et avec le monde.

le développement personnel au travail

La respiration

Le pouvoir de la respiration a été LA révélation de l’année 2016/2017. Il se trouve qu’en même temps que j’ai commencé le développement personnel j’ai arrêté de fumer ET je me suis mise au yoga. En quelques mois à peine, j’ai retrouvé une capacité respiratoire que je ne me connaissais pas. Ça fait un bien fou.

J’ai appris que la respiration :

  • Ça réveille
  • Ça apaise
  • Ça aide à temporiser ses émotions impulsives
  • Ça détend musculairement et physiquement
  • Ça aide à se connecter au moment présent

Comment respirer ? 

Il y a deux choses fondamentales en respiration pour bénéficier des effets ci-dessus.

  1. Il faut inspirer par le nez et par le ventre
  2. Il faut inspirer lentement et expirer encore plus lentement

Quand utiliser la respiration au travail ?

Depuis que j’ai re-découvert mes capacités respiratoires, je me suis mise à l’utiliser au travail, pour mon plus grand bien. Ce n’est pas encore une habitude quotidienne mais c’est maintenant un réflexe en cas de besoin.

Tu peux donc utiliser la respiration lente par le nez et le ventre pour :

  • Te réveiller et t’énergiser si tu te sens fatigué
  • Te rafraîchir les idées si tu as le cerveau embrouillé (la respiration oxygène le cerveau et te permet donc de mieux réfléchir)
  • Calmer tes émotions négatives, ton stress ou ton agacement
  • Prendre du temps pour toi et te détendre sans même sortir du bureau

Les affirmations positives

Les affirmations positives sont un autre exercice que j’ai appris dans le livre « The Miracle Morning » de Hal Elrod, et elles m’ont sauvée la vie plusieurs fois (au moins…).

Une affirmation positive c’est une phrase parlant de toi et de ce que tu veux être ou de ce que tu veux ressentir. C’est une affirmation représentant une situation que tu aimerais vivre. Une affirmation positive commence souvent par « je ».

Par exemple : J’ai confiance en moi et je me sens bien dans ma peau.

Ce qu’il faut savoir

  • Le cerveau ne fait pas la différence entre la réalité et l’imaginaire
  • Si tu imagines quelque chose, ton cerveau va donc croire que c’est vrai
  • Tu peux ainsi influencer tes émotions en influençant tes pensées

 

  • Une affirmation peut te sembler fausse ou te donner l’impression de mentir
  • L’idée est de répéter l’affirmation en t’imaginant ce que tu aimerais ressentir le jour où l’affirmation sera vraie
  • En agissant sur tes émotions, l’affirmation agit donc inconsciemment sur ton comportement
  • À force de répétitions, l’affirmation devient une croyance profonde et peut donc t’aider à obtenir le résultat voulu

J’utilise beaucoup les miennes quand je me sens bloquée et que je ne sais pas quoi faire. J’ai donc une liste d’affirmation au bureau et dans mon journal que j’aime beaucoup me répéter. Elles sont devenues tellement familières pour moi maintenant qu’elles évoquent aussitôt un sentiment de bien-être car j’associe cet exercice à quelque chose de positif.

Mon affirmation préférée ?

« J’ai le talent, les ressources et la créativité pour trouver une solution et me sortir de cette situation »

Il m’arrive souvent de me répéter mon affirmation positive préférée au travail, notamment lorsque je me sens dépassée.

Je me rappelle un jour où j’ai reçu un email du directeur qui potentiellement pouvait annuler des heures de travail fourni. Je ne comprenais pas cet email ni la décision prise. J’étais déçue et très frustrée d’avoir perdu tout ce temps. Ma première réaction et mes premières émotions ont donc été la déception, la frustration et un gros « ras le bol »; ce genre de situation où tu aimerais ne plus avoir de limites et dire aux personnes concernées leurs quatre vérités, sans filtre… 🙂

J’ai décidé de ne pas répondre de suite et, en plein désespoir, je me suis répétée mon affirmation préférée. « J’ai le talent, les ressources et la créativité pour trouver une solution et me sortir de cette situation ».

J’ai commencé à me sentir plus forte et capable de gérer. Assez vite, je me suis mise à réfléchir à la réponse que j’allais envoyer par email. Je n’allais pas me démonter et j’allais exprimer ma vision ! Il est clair qu’en lisant l’email, les destinataires ne pouvaient pas se douter de l’état de désespoir dans lequel je m’étais retrouvée quelque temps auparavant. Dans cet email, on me lisait confiante et sûre de ce que j’avançais. J’ai obtenu satisfaction et le directeur est revenu sur sa décision en me répondant un simple « Ok ». J’étais soulagée !

J’ai été tellement inspirée grâce à mon affirmation préférée que j’ai réussi à écrire l’email parfait qui m’a donné les résultats attendus.

Comment commencer ?

  • Faire la liste des choses que tu aimerais changer dans ta vie
  • Identifier les croyances reliées à ces domaines de vie
  • Faire la liste des croyances que tu aimerais avoir si tu étais la personne que tu rêves d’être

Quelques exemples d’affirmations reliées au travail

✔ J’ai confiance en moi et je sais présenter mes idées avec assurance

✔ Je sais faire preuve d’écoute active et de patience avec mes collègues

✔ Je suis pro-active et je sais prendre des initiatives

✔ Je suis capable de réaliser mes rêves et j’ai la discipline suffisante pour commencer dès aujourd’hui

Le stoïcisme et la conscience qu’on ne peut contrôler que soit-même

Dans ma démarche d’apprendre à mieux me connaître et à mieux comprendre les autres et le monde extérieur, je me suis intéressée à la philosophie. En lisant (livre), je me suis notamment rappelée d’un principe fondamental qui m’avait beaucoup plu lorsque j’étais au lycée : la seule chose que l’on peut vraiment contrôler est soi-même. Il est donc inutile de s’inquiéter pour des évènements extérieures car par définition, ces évènements sont hors de ton contrôle.

Ce que tu ne peux pas contrôler:

  • La météo
  • Les embouteillages
  • La façon de travailler de tes collègues
  • La façon de parler de tes collègues
  • … etc.

Le stoïcisme est un courant philosophique occidental ancien qui fonde le bonheur sur le détachement. Ce courant repose sur l’idée qu’il est vain de lutter ou de se faire du souci pour ce qui ne dépend pas de nous. Pour les stoïciens, notre bonheur dépend plus de notre réaction aux évènements extérieures que des évènements eux-mêmes.

Sans utiliser le stoïcisme à l’extrême, notre vie professionnelle est le domaine parfait pour travailler son détachement. On ne voudrait pas laisser le travail nous importuner, n’est-ce pas ?

Je me suis rendue compte, par expérience, que nombreux sont ceux qui n’utilisent pas le développement personnel au travail. Nombreux sont les collègues qui se plaignent, ne savent pas écouter, ont peu d’empathie, et j’en passe. J’avais d’ailleurs écris un article spécial sur « travailler avec collègue difficile« .

(Heureusement, ce n’est pas le cas de tous et il y a des gens merveilleux et très ouverts partout.) Ce que je veux dire par là c’est que si tu ne te détaches pas émotionnellement de ce que font les autres ou de ce qu’ils disent, tu risques d’entrer dans un cercle vicieux.

La meilleur façon de gérer un collègue difficile est donc par l’exemple. Ici, tes compétences en communication seront tes meilleures amies !

Comment utiliser la communication et le stoïcisme pour gérer les situations difficiles ?

✔ Reste détaché de l’évènement, de la conversation ou de l’attitude de ton collègue car cela est hors de ton contrôle

✔ Fais preuve d’écoute active et d’empathie

✔ Reconnais verbalement les efforts de tes collègues et remercie-les

✔ Exprime tes attentes de façon objectives

Je me rappelle d’une fois où l’on m’a demandé l’impossible : nous étions jeudi midi et soudain j’apprends que je dois préparer un document conséquent pour « la fin de la semaine ». J’explique que nous sommes jeudi et que c’est impensable que je termine à temps, d’autant que j’ai encore deux autres priorités à finir. Je décide de ne pas promettre l’impossible et donc de dire non. La personne qui me manageait à cette époque me répond combien elle est , elle aussi, très débordée. Cette personne là me fait même une liste de tout ce qu’elle a à faire.

Voyant bien que je ne reçois pas le soutien ni la compréhension attendue, j’ai décidé de donner à ma manager l’empathie que je souhaitais recevoir. J’ai donc répondu, de façon « Je comprends bien que tu aies beaucoup à gérer en ce moment et j’ai de l’empathie pour toi, mais j’ai aussi de l’empathie pour moi-même et je ne peux pas faire ce qui est demandé à temps ».

J’ai reçu un délai de 4 jours supplémentaires, le travail a été fait et tout le monde était content. Comme quoi, le développement personnel au travail, ça paye.

La respiration, les affirmations positives et la pratique du détachement sont trois des nombreux exercices disponibles pour pratiquer le développement personnel au travail. Si toi aussi tu en pratiques quelques-un ou si tu veux en savoir plus, dis le moi en commentaire en dessous de cet article.